Adhérer à L'ADCpne
Consommation

Les boissons énergisantes

Très à la mode, les boissons énergisantes connaissent un succès fulgurant grâce à un marketing agressif et surtout à une réputation sulfureuse.

Qu’est-ce qu’une boisson énergisante ?
Les boissons énergisantes ou « energy drinks » ne sont pas définies réglementairement. Appartenant à la catégorie des boissons rafraichissantes, Elles se caractérisent par plusieurs points communs :

  •  les effets revendiqués : ces boissons prétendent procurer un regain d’énergie en agissant sur le système nerveux ;
  • leur composition : ces boissons contiennent de la caféine en grande quantité, associée à d’autres substances telles que la taurine, le glucuronolactone ou des extraits de plantes ;
  • leur cible : ces boissons visent des populations jeunes et sportives.

Il ne faut toutefois pas confondre ces produits avec les boissons dites énergétiques, destinées aux sportifs. Ces dernières contiennent des nutriments essentiels pour une activité physique intense (sucres, éléments minéraux) au contraire des boissons énergisantes qui, elles, peuvent s’avérer dangereuses pour certains sportifs.

A savoir : une canette de 25 cl de boisson énergisante contient environ 80 mg de caféine, soit l’équivalent d’une tasse de café. La taurine et le glucuronolactone se trouvent naturellement dans certains aliments. Cependant, elles sont utilisées à des niveaux nettement supérieurs dans les boissons énergisantes.

Ces boissons sont-elles sûres ?
La caféine peut provoquer des effets indésirables (tachycardie, palpitations, tremblements, anxiété, insomnie, etc.) au-delà de 400 mg par jour. Elle peut aussi engendrer des phénomènes de dépendance. Elle est fortement déconseillée aux femmes enceintes ou allaitantes et aux enfants.

S’agissant de la taurine et de la glucuronolactone, il n’a pas été démontré l’existence d’un danger avéré aux doses proposées. Pour l’Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA), l’exposition à ces ingrédients via la prise régulière de boissons énergisantes ne suscite pas d’inquiétude en termes de sécurité, pour une consommation moyenne allant de 125 ml (0,5 cannette) à 350 ml (1,4 cannette) par personne par jour. Toutefois, les effets de ces molécules sur l’organisme ne sont pas totalement connus.

Certains modes de consommation courants (lors d’activités sportives, en mélange avec de l’alcool) sont pointés du doigt car ils pourraient toutefois être associés :

  • à des risques cardio-vasculaires lors d’exercices physiques intenses ;
  • à une perception amoindrie des effets de l’alcool, ce qui pourrait amener à consommer plus d’alcool ou à prendre des risques non mesurés.

 

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail [ANSES]recommande donc :

  • d’éviter la consommation de boissons dites énergisantes en association avec l’alcool ou lors d’un exercice physique ;
  • d’être particulièrement vigilant vis-à-vis des apports en caféine, notamment via les boissons dites énergisantes, pour certains consommateurs, en particulier : les femmes enceintes et allaitantes, les enfants et adolescents, les personnes sensibles aux effets de la caféine ou présentant certaines pathologies notamment certains troubles cardio-vasculaires, psychiatriques et neurologiques, insuffisance rénale, maladies hépatiques sévères ;
  • et d’une façon générale, pour l’ensemble des consommateurs, de modérer la consommation de boissons caféinées.

 

 

Sources : Fiche pratique de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, publiée le 31/05/2017; Boissons énergisantes, publié par l’ANSES le 20/09/2016.

Pour en savoir plus : Fiche pratique (à télécharger)

Articles relatifs

RSA, dépenses de santé, prix du gaz… Ce qui change en mars 2024

Colette Levassor

Hypermarchés : les moyens déployés pour éviter la triche des clients

Colette Levassor

Vos tickets restaurant 2020 sont utilisables jusqu’au 1er septembre 2021

Colette Levassor