Adhérer à L'ADCpne
Consommation Santé / Environnement Thématiques

Produits ménagers : les laisser dans leur contenant d’origine !

Sur la période 2017-2021, plus de 33 000 accidents causés par le déconditionnement de produits ménagers ont été enregistrés par les Centres antipoison. Si beaucoup de ces accidents étaient sans gravité, une centaine ont eu des conséquences sévères et cinq décès ont été déplorés. L’Anses rappelle les précautions à respecter pour se protéger et protéger ses proches au quotidien.

Qu’est-ce que le déconditionnement et quels sont les risques associés ?

Par déconditionnement, on entend le fait de transvaser un produit dans un récipient différent de son conditionnement d’origine, et non prévu à cet effet. Par exemple, lorsqu’on transvase dans une bouteille en plastique un produit destiné à nettoyer le sol, ou bien de l’eau de javel. En l’absence d’étiquette et de pictogrammes de danger, le nouveau contenant n’affiche plus d’information sur la nature de son contenu et surtout sur les risques potentiels associés et les précautions d’emploi. Le plus souvent, il est aussi dépourvu de bouchon de sécurité, pourtant requis pour certains produits.

Des décès pourtant évitables

L’analyse des appels aux Centres antipoison a mis en évidence 33 650 accidents liés à un déconditionnement sur la période 2017-2021, soit 6 000 accidents par an environ. La grande majorité des cas d’ingestion accidentelle était asymptomatique ou de faible gravité. Néanmoins, 108 cas de gravité forte ont été rapportés, dont 17 chez des enfants de moins de 15 ans. Un tiers des personnes ont gardé des séquelles de leur accident. Cinq décès, dont un concernant un enfant de trois ans, ont été enregistrés. Ces accidents étaient majoritairement dus à des déconditionnements de nettoyants corrosifs ou de désinfectants dans des bouteilles en plastique.

Cinq recommandations pour réduire le risque d’accidents :

  • Eviter de déconditionner un produit : outre le risque d’oublier ce que contient le nouveau contenant, des informations précieuses telles que le nom du produit mais aussi le mode d’emploi et les précautions d’usage sont perdues. De plus, en cas d’intoxication, ces informations permettent aux Centres antipoison ou aux médecins d’évaluer précisément le risque toxicologique et d’adopter la meilleure stratégie thérapeutique.
  • Si un déconditionnement est absolument nécessaire, lorsque le produit est vendu en berlingot à diluer par exemple,il convient de le faire dans un contenant adapté à la nature chimique du produit, avec un bouchon sécurisé si le produit présente un danger. Il faut indiquer clairement sur le contenant le nom du produit d’origine, s’il a été dilué, et prendre en photo le code UFI ((identifiant de formulation unique) du produit qui a été déconditionné : ce code 16 chiffres apposé près du nom ou des informations sur les dangers permet aux Centres antipoison d’identifier la référence commerciale et sa composition. 
  • Dans le cas d’achat de produit en vrac, il faut utiliser un contenant approprié, en recyclant le contenant d’origine si cela est possible (achat de dose de recharge), et en collant l’étiquette fournie par l’enseigne ou en indiquant sur une étiquette les informations utiles : nom du produit, précautions d’usage, numéro de lot par exemple.
  • Ne jamais placer de produits ménagers dans le réfrigérateur et conserver les aliments et boissons dans un endroit différent de celui dédié aux produits ménagers.
  • Ranger les produits déconditionnés avec soin, hors de portée des enfants et de préférence dans un placard fermé à clé.

Si une ingestion accidentelle survient, contactez immédiatement :

  • le 15, le 18 ou le 112 (114 pour les personnes malentendantes),
  • le 01 45 42 59 59 pour contacter un centre antipoison (numéro d’urgence 24/24, 7/7)

Source : Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail [ANSES], publié le 24 avril 2024

Pour en savoir plus : Rapport toxicovigilance de l’Anses relatif aux accidents liés à des déconditionnements de produits – Étude des cas rapportés aux Centres antipoison entre le 1er janvier 2017 et le 31 décembre 2021

Articles relatifs

Une aide financière pour installer un thermostat connecté et réduire vos dépenses en énergie

Colette Levassor

L’UE impose plus de transparence pour les achats en ligne

Colette Levassor

Objets d’occasion, reconditionnés : quelles garanties pour l’acheteur ?

Colette Levassor