Adhérer à L'ADCpne
Argent Consommation Vie sociale

Précarité : un Français sur cinq vit à découvert

Le 17ème baromètre de la pauvreté et de la précarité Ipsos / Secours populaire reflète les effets des fortes hausses des prix. Plus d’un Français sur deux ne parvient pas à économiser et ils sont 18 % à déclarer vivre chaque mois à découvert (+ 3 % par rapport à 2022).

Une rentrée bien préoccupante… L’inflation pèse sur les dépenses des ménages, comme le révèlent les résultats de ce 17ème baromètre (*). L’enquête a été menée conjointement dans dix pays d’Europe : France, Allemagne, Grèce, Italie, Pologne, Royaume-Uni, Moldavie, Portugal, Roumanie et Serbie.

Alimentation, actes médicaux, précarité… Les signaux sont au rouge

En France, « les difficultés à assurer les dépenses courantes augmentent encore cette année et atteignent de nouveaux records ». 45 % (+6 points en un an) du panel déclare rencontrer des difficultés pour payer certains actes médicaux, 45 % (+4 points) pour les dépenses d’énergie, ou encore 43 % (+6 points) pour consommer des fruits et légumes frais.  De fait, pour 1/3 des personnes interrogées, il s’avère très compliqué de se procurer une alimentation saine, permettant de faire trois repas par jour.

Pour les foyers modestes, ces chiffres grimpent !

 « 63% des personnes dont le revenu mensuel net du foyer est inférieur à 1 200€ par mois déclarent avoir du mal à payer certains actes médicaux (+10 points en un an) et 57% (+10 points) à se procurer une alimentation saine permettant de faire 3 repas par jour », relève le sondage réalisé par Ipsos.

Les résultats sur les 10 pays européens sont plus inquiétants encore. 3 personnes sur 10 déclarent aujourd’hui vivre dans des conditions financières et matérielles précaires. La situation est particulièrement préoccupante en Grèce et en Moldavie, pays dans lesquels près de la moitié de population estime être dans ce cas de figure.

Précarité en Europe

Frais bancaires : une offre spécifique pour les personnes fragiles

Pour réduire les frais d’incidents sur le compte bancaire, il existe une offre dédiée, facturée 3 € par mois maximum. Un système plus contraignant car le titulaire n’a pas de chéquier et une carte bancaire à autorisation systématique, mais qui permet un plafonnement global des frais.

La solidarité reste active

Face à ce constat, l’étude révèle également que 67 % des personnes interrogées souhaitent s’impliquer personnellement pour aider les personnes en situation de pauvreté. « Une tendance à la hausse qui se mesure dans tous les baromètres, du Secours populaire ou autres, à chaque fois qu’une crise économique et sociale s’approfondit », conclut le Secours Populaire.

Les dons réalisés au profit d’associations permettent de réduire vos impôts !

(*) échantillon de 996 personnes en France représentatif de la population âgée de plus de 16 ans, interrogées par téléphone le 17 et 18 juin 2023. Pour l’Europe, 10 000 personnes ont été interrogées.

Source : La finance pour tous, publié le 07 septembre 2023

Pour en savoir plus : 17e baromètre Ipsos / Secours Populaire : privations et peur du lendemain – Secours populaire français, mis à jour le 06 septembre 2023

Articles relatifs

Paiement en ligne : 7 conseils pour éviter les risques de piratage

Colette Levassor

Revente de billets de spectacles ou de compétitions sportives : restez vigilants

Colette Levassor

Loi de financement de la Sécurité sociale (LFSS) pour 2021 : les principales mesures

Colette Levassor