Adhérer à L'ADCpne
Consommation

Hypermarchés : les moyens déployés pour éviter la triche des clients

Avec l’inflation, les comportements frauduleux sont de plus en plus fréquents dans les supermarchés. Voici comment les enseignes réagissent contre la triche.

Ces dernières années, bon nombre de produits alimentaires ont vu leur prix grimper en grande surface. Pour pouvoir accéder à certains articles malgré l’inflation, les citoyens sont parfois tentés de frauder, quitte à risquer des sanctions. Pour limiter ces comportements qui sont de plus en plus fréquents, de nouveaux moyens sont déployés par les hypermarchés. Découvrez comment les enseignes s’organisent pour protéger leur chiffre d’affaires des resquilleurs.

Une autonomie en grande surface qui accentue la triche des clients

Pour gagner du temps et de l’argent, les grandes surfaces ont adopté au fil du temps de nouveaux modes de fonctionnement qui permettent non seulement de réaliser des économies de personnel, mais aussi de limiter le temps d’attente des clients à la caisse de l’hypermarché. En permettant à ces derniers de gérer de manière autonome la pesée de leurs fruits et légumes et leur encaissement via le déploiement de caisses automatiques et de scanners manuels, les enseignes ont réussi leur pari de fluidifier la sortie des acheteurs du magasin.

Or, ces nouvelles libertés laissent place à d’autres problématiques que les hypermarchés doivent également contrer. Car si ces nouveaux dispositifs comportent certains avantages, ils ouvrent aussi la voie à des comportements frauduleux. En effet, pour survivre à l’inflation, ceux qui s’improvisent caissiers d’un jour sont de plus en plus nombreux à tricher, grâce à des techniques diverses et bien rodées. Selon un sondage mené par la société Voucher Codes pro, 20 % des utilisateurs des caisses automatiques admettent d’ailleurs avoir déjà sciemment fraudé.

Le Banana trick

Ces deux dernières années, les produits alimentaires ont subi une inflation persistante équivalente à 21 %, rendant certaines denrées tout bonnement inaccessibles aux foyers modestes. Pour continuer à manger bio ou à agrémenter leurs plats de certains champignons, certains clients n’hésitent pas à pratiquer la technique du « banana trick ».

Cette dernière consiste à peser les fruits et légumes les plus onéreux tout en les faisant passer pour d’autres. En sélectionnant des produits similaires sur la balance informatique, les resquilleurs peuvent ainsi étiqueter eux-mêmes leurs sachets de tarifs bien plus abordables.

La fraude aux caisses automatiques

Aux caisses automatiques, les clients procèdent de manière autonome à leur encaissement. À quelques pas de la sortie des grandes surfaces, bon nombre d’entre eux sont tentés de ne biper que les produits les moins onéreux qui se trouvent dans leur panier. Les articles les plus chers passent alors à la trappe et si aucun contrôle n’a lieu, les resquilleurs parviennent à obtenir gratuitement la moitié de leurs achats.

Le transfert d’étiquettes

Un autre moyen de lutter contre l’inflation consiste à réduire le prix de certains articles en procédant à un transfert d’étiquettes. Dans les rayons des supermarchés, les clients sont de plus en plus nombreux à tricher de cette manière pour limiter leurs dépenses. Pour économiser quelques dizaines d’euros, les fraudeurs n’hésitent plus à cumuler ces techniques qui peuvent pourtant donner lieu à de sévères sanctions.

Les hypermarchés s’engagent pour éviter la triche des clients

Les comportements frauduleux des resquilleurs impactent chaque année à hauteur de 1,7 % le chiffre d’affaires des hypermarchés, qui doivent sans cesse déployer de nouveaux moyens pour contrer les tricheurs. Pour mettre un terme à ces abus, de nouveaux moyens sont mis en place par les grandes enseignes.

Des employés chargés de peser les fruits et légumes

Dans certains supermarchés, comme à Strasbourg, les employés sont désormais responsables de la pesée des fruits et légumes des clients. Face à un taux de démarque élevé, le groupe Auchan a décidé de lutter contre la fraude en mettant un terme à l’autonomie des clients lorsqu’il s’agit d’étiqueter leurs articles. En postant des salariés à ce point stratégique, l’hypermarché compte bien éradiquer le phénomène banana trick de ses rayons.

L’intelligence artificielle pour limiter les abus

Pour continuer à proposer des caisses automatiques à leurs clients, tout en luttant contre les abus, les hypermarchés devraient déployer caméras et capteurs dans les années à venir. Le développement de l’intelligence artificielle devrait effectivement permettre aux grandes surfaces de mettre un terme aux vols, car les utilisateurs n’auront bientôt plus à scanner leurs produits. En déposant le contenu de leur panier sur un plateau intelligent, ces derniers pourront accéder en un instant au montant de leurs achats sans qu’aucune démarche ne soit nécessaire.

La possibilité de tricher devrait ainsi être écartée, et le chiffre d’affaires des hypermarchés protégés. Cette bonne nouvelle en est aussi une pour les clients des grandes surfaces qui sont les premières victimes de ces fraudes. En effet, les pertes subies par les magasins se répercutent chaque année sur le prix des produits, accentuant encore davantage la tentation qu’ont certains de recourir à ce type de pratiques.

Source : DemarchesAdministratives.fr, publié le 28 août 2023

Articles relatifs

Condamnation de Volkswagen dans l’affaire du Dieselgate

Françoise Benoit-Lison

Audit énergétique : tout savoir sur cette obligation en cas de vente d’un logement énergivore

Colette Levassor

Lutte contre le gaspillage et promotion de l’économie circulaire

Colette Levassor