Consommation Santé / Environnement

Textiles techniques : entre innovation et surenchère

Des textiles qui répondent à de nouveaux besoins

L’industrie textile a connu une profonde mutation avec l’arrivée de nouveaux textiles dits « techniques » ou « fonctionnels » dotés de propriétés innovantes capables de répondre à des besoins spécifiques (résistance, anti-feu, anti-tâches, anti-UV, etc.). Ces textiles techniques répondent à de nouveaux besoins liés en particulier à l’essor des pratiques sportives. Ils ont pour objectif d’améliorer le confort, la résistance et l’hygiène des produits. Les professionnels sont ainsi de plus en plus nombreux à revendiquer l’usage de textiles techniques dans leurs produits. Les contrôles de la DGCCRF ont montré une surenchère dans l’emploi des allégations commerciales et une tendance à exagérer les bénéfices réels apportés par les produits.

Des termes pseudo-scientifiques mis en avant pour inciter à l’achat

Les propriétés techniques relevées dans les étiquetages cherchent à répondre aux attentes des consommateurs en termes de bien-être et d’hygiène. Cependant, l’enquête de la DGCCRF révèle que certains descriptifs et étiquetages recourent à une accumulation de termes « scientifiques » et de noms de marques commerciales censés correspondre à des technologies innovantes. Ces termes, utilisés pour convaincre et inciter le consommateur à acheter le produit, ne sont pas expliqués par des précisions  sur les propriétés objectives des produits.

Que dit la réglementation ?

Les allégations commerciales ne font pas l’objet d’un encadrement réglementaire spécifique mais doivent répondre aux dispositions du Code de la consommation relatives aux pratiques commerciales trompeuses (articles L. 121-2 et suivants). Toute propriété technique ne peut être revendiquée que si elle est fondée sur des preuves scientifiques vérifiables.

Des propriétés annoncées… mais qui ne sont pas prouvées

Les contrôles réalisés par la DGCCRF montrent que les propriétés annoncées sur les produits (« thermorégulant », « respirant », « ergonomique ») ne sont pas toujours établies de façon suffisamment étayée. Certains professionnels ne sont pas en mesure de fournir des justificatifs permettant de prouver le bien-fondé de leurs allégations. Le problème ? Cela peut induire le consommateur en erreur, voire le tromper, et le conduire à acheter un produit qui ne présente pas forcément les qualités annoncées.

Produits antibactériens ou « anti-odeurs » : des traitements biocides utilisés mais non mentionnés

S’agissant des produits antibactériens ou « anti-odeurs », il apparaît que ces propriétés sont souvent mises en avant seules sur l’étiquetage, sans autre précision. Pourtant, elles renvoient généralement à des traitements biocides contenant des substances chimiques, parfois sous forme de nanoparticules, qui doivent impérativement être mentionnées dans l’étiquetage des produits (Règlement (UE) n°528/2012 relatif aux produits biocides). Le laboratoire de la DGCCRF, qui a analysé six prélèvements, confirme ces constats : deux produits étaient traités avec des nanoparticules d’argent, sans que cette information ne soit portée à la connaissance des consommateurs. À la suite de l’enquête de la DGCCRF, les deux opérateurs commercialisant ces deux produits les ont retirés du marché.

Pour lire l’article dans sa totalité : Textiles techniques : entre innovation et surenchère

Source : DGCCRF : Textiles techniques : entre innovation et surenchère, publié le 03 juin 2022

Pour en savoir plus : L’étiquetage des vêtements, fiche technique publiée Octobre 2020 par la DGCCRF

Articles relatifs

Vague de chaleur : les recommandations sanitaires du ministère

Colette Levassor

Forum Covid-19 : construisons le monde de demain avec la CLCV

Colette Levassor

Casque à usage « limité »

Françoise Benoit-Lison