Consommation Loisirs / Tourisme

Le plafond à 38 € des tickets restaurants 2021 est prolongé jusqu’au 28 février 2022

Dans les restaurants uniquement, le plafond journalier des tickets-restaurant est maintenu à 38 € jusqu’au 28 février 2022. L’utilisation des titres-restaurant le week-end et les jours fériés y est également possible jusqu’à fin février 2022. Mais vous avez jusqu’au 31 août 2021 pour utiliser vos titres-restaurant datés de 2020. Que pouvez-vous faire des titres 2020 non utilisés ?

Une prolongation du plafond jusqu’au 28 février 2022

Le plafond de paiement des titres-restaurant 2021 reste à 38 € par jour (au lieu de 19 €) y compris le week-end et les jours fériés. Les tickets peuvent également être utilisés pour le « click and collect » ou pour les livraisons de plats vendus par ces établissements. Le dispositif concerne :

  • les restaurants traditionnels ;
  • les établissements de restauration rapide mobiles ou non ;
  • les établissements de self-service ;
  • les restaurants dans les hôtels ;
  • les brasseries proposant une offre de restauration.

Le plafond reste à 19 € par jour en supermarché ou magasin alimentaire.

Attention : Vos tickets restaurants 2020 ne seront plus utilisables après le 31 août 2021. Il est possible d’échanger gratuitement des tickets restaurants de 2020 non utilisés en les rendant à son employeur pour obtenir des titres-restaurant 2021 valables jusqu’à fin février 2022.

Source : Direction de l’information légale et administrative (Premier ministre), publié le 26 août 2021

Textes de référence : Décret n° 2021-104 du 2 février 2021 portant dérogations temporaires aux conditions d’utilisation des titres-restaurant

Pour en savoir plus : Titres-restaurant 2021 : le dispositif d’assouplissement des modalités d’utilisation prolongé – Ministère de l’économie, des finances et de la relance

Articles relatifs

Clauses abusives, manquements… Les agences immobilières dans le viseur de la répression des fraudes

Colette Levassor

Ce qui change au 1er juillet 2021

Colette Levassor

Prix prohibitifs et fausses promesses

Françoise Benoit-Lison