Administration / Justice Consommation Santé / Environnement Transport

Arnaque à la vignette Crit’Air : des SMS et mails frauduleux en circulation

Une nouvelle arnaque, à la vignette Crit’Air cette fois, sévit en France. Un conseil : ne commandez pas en suivant un lien reçu par SMS ou par mail.

Les Zones à faibles émissions (ZFE) se multiplient sur le territoire. En conséquence, de plus en plus d’automobilistes doivent posséder une vignette Crit’Air sur leur pare-brise pour être en règle. Les escrocs ont donc flairé la bonne affaire et développé une nouvelle arnaque par SMS et mails. Leur objectif : dérober vos coordonnées bancaires pour vous soutirer autant d’argent que possible.

Arnaque à la vignette Crit’Air : comment la repérer ?

Si les Français sont bien trop souvent confrontés aux mêmes arnaques (CPF, Ameli, La Poste, etc.), celle à la vignette Crit’Air est une nouveauté. Et elle pourrait en piéger plus d’un, tant le SMS et le mail frauduleux sont trompeurs. La stratégie de cette campagne d’hameçonnage est aussi simple qu’efficace : les escrocs se font passer pour les autorités et exhortent les particuliers à commander leur vignette, sous peine d’amende.

« Nos agents ont constaté que votre véhicule n’était pas équipé de la vignette Crit’Air 2022. Veuillez la récupérer sous peine de contravention dans les prochaines 48h sur le lien ci-joint », alerte le SMS frauduleux. Le contenu du mail est similaire : « Veuillez commander la vignette Crit’Air avant le 25/10/22, afin d’éviter de vous exposer à des contraventions ». Après ce message qui alerte, les escrocs invitent à cliquer sur un lien pour passer commande. L’internaute est alors renvoyé vers un site internet, qui ressemble à s’y méprendre au site officiel, sur lequel il pourra obtenir ladite vignette à condition d’indiquer le numéro de carte bancaire et de payer une somme modique.

Il s’agit bien d’une arnaque. Elle est toutefois difficile à repérer. En effet contrairement aux escroqueries habituelles, le SMS et le mail frauduleux ne contiennent aucune faute d’orthographe, de même que le faux site gouvernemental. Pour s’assurer de la malhonnêteté de la plateforme, il faudra vérifier l’URL. Celle-ci ne peut être copiée à l’identique. L’adresse du site malveillant ne terminera donc pas en « .gouv.fr », ce qui doit alerter. En outre, le gouvernement ne réalise pas de campagnes par SMS ou mail concernant la vignette Crit’Air.

Signaler l’escroquerie

« Attention aux escroqueries : le site officiel Crit’Air du ministère n’envoie pas de message SMS aux usagers pour acheter des vignettes », clame la véritable plateforme gouvernementale. Pour éviter que d’autres ne se fassent prendre au piège, le gouvernement vous invite à signaler toute tentative d’arnaque sur la plateforme PHAROS. Par ailleurs, vous pourrez rapporter cette tentative de phishing :

  • sur Signal Spam pour un mail frauduleux ;
  • au 33 700 pour un SMS.

En cas de fraude à la carte bancaire, la victime devra alerter sa banque dans les plus brefs délais, porter plainte auprès des services de police ou de gendarmerie (sur place ou en ligne via la plateforme THESEE) et la signaler sur Perceval.

Où commander une vignette Crit’Air ?

La vignette Crit’Air est bien obligatoire pour les véhicules circulant et stationnant dans les zones à faibles émissions mobilité (ZFE-m). En sachant que ces zones sont de plus en plus nombreuses, en particulier dans les métropoles comme Paris, Lyon, Grenoble ou encore Montpellier.

Pour circuler dans ces zones, les automobilistes sont tenus d’apposer sur leur pare-brise une vignette Crit’Air, qui indique la classe environnementale du véhicule (Crit’Air 1 à 5) et respecter les restrictions de circulation. Tout commande de vignette Crit’Air est à réaliser sur un seul site officiel : certificat-air.gouv.fr.

Source : DemarchesAdministratives.fr, publié le 14 octobre 2022

Articles relatifs

Marketplace … une déconvenue !

Françoise Benoit-Lison

Quelles sont les mentions à vérifier sur les étiquettes des bouteilles de vin ?

Colette Levassor

10 % de réduction pour les automobilistes qui règlent le péage en chèques-vacances cet été

Colette Levassor