Administration / Justice Consommation Santé / Environnement Transport

Radars sonores : quelles villes sont concernées et quel sera le montant de l’amende ?

8 villes sont concernées par les radars sonores

Car la loi d’orientation des mobilités, qui a été votée en 2019, prévoit une nouvelle expérimentation : celle des contrôles des bruits des véhicules par des radars fixes et mobiles. Et c’est celle-ci qui débute en ce mois de janvier 2022.

En tout, elle va durer 2 ans et 6 autres communes vont être équipées dans les prochains jours d’un radar sonore : Bron (Rhône), Nice (Alpes-Maritimes), Paris, Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), Toulouse (Haute-Garonne) et Villeneuve-le-Roi (Val-de-Marne).

Comment fonctionne un radar sonore ?

Lors de cette expérimentation, trois radars provenant de trois entreprises différentes seront installés côte à côte. L’objectif est notamment de vérifier le bon fonctionnement de ces appareils.

Ainsi, dans les faits, ces radars sonores vont permettre de flasher les véhicules qui font trop de bruit. Les premiers tests effectués sur « circuit ont été concluants », explique Laurence Rossi au Figaro.

D’après Le Parisien, ces appareils seront placés en agglomération et sur des routes limitées à 50 km/h. Par ailleurs, des panneaux d’information seront installés en amont des radars afin d’avertir les conducteurs de leur présence.

Jusqu’à 135 euros d’amende pour les conducteurs flashés

Dans un premier temps, les conducteurs ne devront pas dépasser les 90 décibels. Cependant, comme le précise un communiqué du ministère de la Transition écologique, certains types de véhicules (véhicules agricoles, véhicules anciens, etc.) pourront dépasser ce seuil sans risquer d’avertissement ou de contravention.

En revanche, pour les autres véhicules (motos, scooters, citadines, etc.), un avertissement sera adressé, dans un premier temps, au conducteur qui ne respecte pas la réglementation. Puis au cours de la seconde phase de l’expérimentation qui doit commencer dans 6 mois, les verbalisations débuteront.

Ainsi les contrevenants devront débourser 90 euros s’ils payent dans les 15 jours ou 135 euros après ce délai.

Toutefois, il est probable que le seuil des 90 décibels soit modifié « en fonction des données récoltées lors de la phase d’homologation », précise au Parisien le député Jean-Noël Barrot.

Source : DemarchesAdministratives.fr publié le 04 janvier 2022

Pour en savoir plus : Radars sonores : une expérimentation en conditions réelles pour lutter contre la pollution sonore – Ministère de la transition écologique, publié le 04 janvier 2022

Articles relatifs

Le Black Friday, et les opérations commerciales du mois de novembre

Colette Levassor

Faux mail des impôts : gare aux arnaques !

Colette Levassor

Restaurants, cantines… : les résultats des contrôles sanitaires en ligne

Colette Levassor