Adhérer à L'ADCpne
Administration / Justice Consommation Santé / Environnement

Pollution plastique : la part importante de l’industrie textile

Le secteur du textile est le troisième secteur à utiliser du plastique après les secteurs de l’emballage et du bâtiment. Les fibres textiles, aujourd’hui composées à plus de 60% de matières plastiques issues de la pétrochimie émettent des micro-plastiques qui se retrouvent dans tous les milieux sur toute la planète.

L’Inspection générale de l’environnement et du développement durable (IGEDD) a publié un rapport de mission consacré à la pollution par les micro-plastiques d’origine textile, le 26 février 2024.

Agir sans tarder en application des principes de précaution et de prévention

Si la contamination des organismes vivants par les micro-plastiques est bien documentée, il existe encore peu d’études traitant des effets sur la santé des écosystèmes, de la faune et encore moins des humains, de cette pollution. La plupart des études sur les risques, focalisées sur la biodiversité marine, ont constaté des effets toxicologiques variables sur les coraux, les huîtres ou certains poissons.

Ces incertitudes sur les risques pour les écosystèmes et la santé humaine ralentissent la prise de décision alors que la production de textile synthétique s’accroît. Les mesures normatives déjà adoptées au niveau européen et national peinent à répondre à cette pollution, leur principal objectif étant la collecte, le réemploi et le recyclage des produits textiles. Cela ne répond que partiellement à la problématique des micro-plastiques issus du textile, produits par le plastique recyclé comme par le plastique neuf.

La mode éphémère (« fast fashion« ) entraîne une consommation croissante de textiles synthétiques. Elle cherche à réduire les prix pour accélérer la rotation des collections et faire pression sur l’acte d’achat. Certaines enseignes proposent de nouveaux produits tous les quinze jours, voire moins. Cette frénésie d’achat est décuplée par les réseaux sociaux. La durée de vie des vêtements aurait diminué de 36% entre 2000 et 2015. 130 milliards de vêtements sont produits par an dans le monde soit 80% de plus qu’il y a 15 ans.

Les mesures préconisées par le rapport

Les rapporteurs recommandent les mesures suivantes, classées par ordre de priorité (en fonction de leur efficacité et de leur délai de mise en œuvre) :

  • lutter contre la surconsommation textile en communiquant sur l’impact environnemental des produits textiles synthétiques ;
  • assurer le réemploi et la réparabilité des produits textiles ;
  • investir dans la recherche sur les micro-plastiques issus des textiles pour quantifier la pollution des différents milieux (sol et air en particulier) ;
  • promouvoir l’écoconception des tissus et favoriser le déploiement de nouvelles fibres biosourcées et biodégradables ;
  • informer le consommateur par l’étiquetage des produits (et le développement de labels pour les producteurs) ;
  • étudier les possibilités de captation des microparticules à tous les stades du cycle de vie des tissus synthétiques (production, usage, lavage…) ;
  • analyser les perspectives de captation des microparticules plastiques au niveau des stations d’épuration et l’ampleur de leur présence dans les boues d’épuration (et étudier les modalités de destruction de ces boues) ;
  • interdire les exportations de produits textiles synthétiques en fin de vie comme déchets dans les pays tiers qui ne peuvent pas les gérer ;
  • orienter le recyclage des fibres textiles vers des usages non émetteurs de microparticules.

Source : Vie publique, publié le 11 mars 2024

Pour en savoir plus : Produits textiles (TLC) – Ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, publié le 12 avril 2023

Articles relatifs

Le paiement en espèces résiste au développement du paiement sans contact

Colette Levassor

Préjudice pour l’acquéreur… ADCpne fait valoir vos droits !

Françoise Benoit-Lison

Accès aux kinés, infirmiers et orthophonistes : ce que change la loi

Colette Levassor